Publié le 7 juin 2018 · Catégorie(s) News

 

UNE PLONGÉE DANS LE NOUVEAU RÉCIT COMPLET VALIANT
AVEC LE SCÉNARISTE MATT KINDT

 

 

Mico Suayan et Brian Reber

En juin, dans la continuité de The Valiant et Blooshot USA, Valiant entre en territoire inconnu pour son prochain récit indépendant. Le scénariste Matt Kindt (nommé aux Eisner Awards) et l’artiste CAFU emmènent Ninjak et Shawoman dans un récit de fantasy épique au cœur du Monde des morts. Alors qu’un mal innommable s’élève pour briser les frontières entre la Terre et les autres royaumes, deux des plus formidables héros de Valiant devront affronter les ténèbres et les révélations sur le passé de Shadowman. Leur voyage commencera dans le style du Seigneur des anneaux à travers des contrées chargées de magie et peuplées d’arcanes mystiques, de chefs de guerres barbares, et de l’armée apocalyptique des damnés.

Nous rejoignons le scénariste Matt Kindt pour un avant-goût de l’évènement Valiant le plus envoûtant jusqu’à présent…

 

 

 

 

Vous avez confronté Ninjak à des assassins et des espions dans sa série solo pendant un moment. Pourquoi le sortir de son élément pour ce premier récit de Valiant tourné vers la fantasy ?

Matt Kindt : C’est une mission dans la Monde des morts et il n’y a rien que Ninjak ne déteste plus que la magie… et le Monde des morts. En fait, il y a une partie de moi un peu sadique qui veut le voir dans la situation la plus inconfortable possible. Et la voici. Avoir Shadowman et Punk Mambo à ses côtés, en plus d’un enfant, est vraiment une torture pour lui. Mais c’est très amusant pour moi.

 

Rapture est une histoire qui ne ressemble à rien de ce qu’a pu sortir Valiant jusqu’à présent. Que ressentiez vous à l’idée de mélanger le monde des super-héros avec des éléments de fantasy à la Tolkien ?

M. K : J’en profite pour écrire sur ce que je préfère – en plus de choses sur lesquelles je n’ai pas eu la chance de beaucoup travailler jusque là. Je suis un grand fan de J. R. R. Tolkien et j’ai grandi avec Conan, alors pouvoir raccorder ces éléments dans l’univers Valiant et le laisser prendre la forme de cette union complètement insolite… c’est tordu et amusant.

Qu’est ce qui fait de Ninjak, Shadowman, Punk Mambo et de Tama la géomancienne la meilleure équipe de héros pour cette mission ? Comment leur dynamique influe-t-elle sur l’histoire ?

Babel. Concept de Kano.

M. K : Ils ont tous une relation unique avec le Monde des morts, et ce sont leurs spécialités qui m’ont fait penser (à moi et au MI-6) qu’ils seraient les plus utiles pour s’occuper de cette nouvelle menace. Tama la Géomancienne est un personnage que je souhaitais revisiter depuis que Jeff Lemire et moi l’avions créée dans The Valiant. C’est un personnage que nous n’avions pas beaucoup exploité à l’époque mais nous étions excités par tout son potentiel. C’était vraiment l’inspiration pour le premier épisode et la grande scène du début. Cette scène va mettre en avant Tama et vous fera tomber amoureux d’elle… Elle va tout de suite impressionner Ninjak, chose quasiment impossible avec lui en temps normal.

La série voit aussi le retour de Shadowman après une lognue pause et beaucoup de spéculations… Quel rôle joue-t-il dans Rapture ?

M. K : C’est un peu l’arme secrète ici. Il a été en quelque sorte contraint d’aider le MI-6 en échange de sa liberté. Mais il est réticent. Punk Mambo lui a appris à gérer son loa et ses pouvoirs quand nous l’avons rencontré dans sa série, mais finalement, le voyage sera autant à propos de lui, de son passé et de son futur que celui des autres personnages.

Avec tant de liens avec le Monde des morts, Rapture joue grandement sur le passé du loa de Shadowman et ses origines inconnues. Quelles révélations sont à venir pour l’un des héros les plus demandés de Valiant ?

M. K : Shadowman a une histoire longue (et mouvementée), donc je veux éviter de trop spoiler. Mais ce que je peux dire c’est que ce qu’il va faire et fera dans son futur sera dicté par cette série. Il va se confronter à d’importantes vérités jusqu’à la fin. Une des idées que j’avais toujours eu en tête était celle du Monde des morts. C’est un peu comme l’Enfer par certains côtés. Mais vous ne pouvez pas croire en un Enfer sans un Paradis. Et le Monde des morts est similaire sur ce point. Si nous partons sur cette idée de Monde des morts alors la logique voudrait qu’il y ait un « Monde des vivants » également n’est-ce pas ? Et bien, nous le découvrirons et cette découverte aura des conséquences sur Shadowman.

Rapture oppose une équipe de héros improbable contre un être ancestral nommé Babel. Quel est l’objectif de Babel et comment va-t-il obtenir ce qu’il souhaite ?

Rex Le Ravageur. Concept de Kano.

M. K : Ce que Babel veut est assez basique. Il essaye d’atteindre le Paradis, et ce depuis des siècles. Ce n’est pas vraiment un spoiler car cela se devine avec son nom — mais il travaille sur ce projet depuis des temps bibliques et la vieille tour n’a pas été nommée d’après la ville. Elle a été nommée d’après lui / elle / ça. Babel dépasse les pronoms. Je crois que Babel est intéressant pour moi car ce n’est pas forcément un méchant. Je crois que tout le monde serait curieux de voir Babel réussir — il n’y a pas de malveillance du point de vue de Babel, donc je pense que la lutte entre le bien et le mal ne sera pas si précise que ça dans cette histoire.

Rapture va aussi introduire de nouveaux alliés pour nos héros Valiant. Qui sont-ils et comment vont-ils aider l’équipe de Ninjak contre Babel ?

M. K : Rex Le Ravageur. C’est tout ce que j’ai à dire. Il va devenir votre nouveau personnage préféré. Il est l’antithèse de Tama dans presque tout les domaines. C’est un gros et vieux bonhomme — un assassin, un barbare. Ce n’est pas le plus intelligent sur un champ de bataille mais il sera le dernier debout, je le promets. C’est votre nouveau favori.

 

Après un passage sur Rai l’été dernier, vous vous travaillez à nouveau avec CAFU sur Rapture. Comment fait-il prendre vie à ce conflit épique ?

M. K : Si vous avez vu les épisodes de Rai que nous avons fait ensemble, vous devez savoir pourquoi il est parfait pour cette série. Il peut tout faire. L’atmosphère qu’il évoque et ses grandes cases posent vraiment la scène. Il est vraiment doué pour dessiner des choses d’autres mondes comme on a pu voir dans RAI, et le Monde des morts avait vraiment besoin d’avoir l’air « réel » vous voyez ? Beaucoup d’histoires de fantasy me paraissent plates car les lieux ne me semblent pas concrets, mais Cafu prend le fantastique et le fond en quelque chose auquel nous pouvons croire. Les lieux de cette série sont aussi importants que les personnages dans l’histoire, et il le fait avec brio.

 

EN BONUS..

Pour vous plonger directement dans l’univers de Rapture en attendant sa sortie (le 08 juin), en voici la preview.